Suivez-nous sur :

Suivez-nous sur linkedinSuivez-nous sur viadeo

Quels ponts allez-vous construire aujourd'hui ?

  

« Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts ». Isaac NewtonFotolia 53354193 S murs-ponts

 

Isaac Newton n’était pas ‘seulement’ un brillant mathématicien, physicien et astronome.

Il semblait également avoir de solides compétences en sciences humaines.

Construire des murs, construire des ponts : ces deux options se présentent en effet dans de nombreuses situations relationnelles.

Nous vous proposons ici d’explorer quatre champs du domaine d'interventions d’AxéoSens, illustrant notre propension à choisir la première option, et l'intérêt à opter pour la seconde.

 

 

Communiquer

Un acte apparemment anodin, que nous effectuons plusieurs fois par jour sans nous douter des différents murs nous enfermant : 

  • Communiquer sans nous préoccuper de l’autre (émetteur / récepteur).
  • Communiquer sans nous préoccuper de nous-même, et notamment des émotions attachées au message émis, ou celles liées au message reçu.
  • Etre emmuré dans la certitude de notre cadre de référence : notre vision du réel, résultant de nos valeurs, nos croyances, nos pratiques naturelles, nos pratiques empruntées…

 

Les ponts que nous pouvons construire pour mieux communiquer :

  •  D’abord nous relier à nous même : identifier nos besoins, et connaître notre cadre de références, notre perception de la réalité.
  •  Ensuite nous ouvrir à l’autre : reconnaître et accepter son cadre de référence, ce qui ne signifie pas pour autant partager son avis. 
  • Monter ensuite d'un cran pour nous relier à la relation : une fois que chacun a compris le cadre de référence  de l’autre, établir la relation sur une base plus large, enrichie du partage des deux perceptions initiales.

 

Cela parait simple. Et pourtant, placés dans le contexte de nos enjeux et de l'instantanéité de la plupart de nos communications, nous ne sommes pas toujours disposés à sortir de nos murs.

 

Travailler ensemble

Prenons l’hypothèse que l’art de travailler ensemble consiste à concilier à la fois bien-être et performances.

Une hypothèse folle qui, à elle seule, mériterait plusieurs séances de coaching tant les murs des croyances sont solides chez les dirigeants et managers qui n’accordent d’importance qu’à la performance, l’enfermant même dans une vision individuelle et mécanique.

 

Et pourtant, les passerelles entre bien-être et performances sont évidentes, à partir du moment où l’on envisage l’un ET l’autre.

Reconnaître les différences d’appréhension et de fonctionnement de chacun est une source de richesse pour une équipe, pour toutes les équipes.

Ceux qui ont déjà expérimenté l’utilisation du MBTI en session d’équipe ont probablement mesuré l’intérêt à considérer les équipiers avec la richesse de leur personnalité, et non simplement pour leur fonction.

Certains sont sensibles aux détails, d’autres apprécient la vision d’ensemble ; certains s’expriment rapidement dans l’action, d’autres commencent par la réflexion ; certains préfèrent planifier, d'autres improvisent facilement, etc.

 

Accepter cette diversité est un premier pas vers le bien-être de chacun.

S’appuyer sur cette diversité est un premier pas vers la performance de tous.

Dans les deux cas, ces premiers pas ont été effectués sur le même pont, construit et emprunté par tous les membres de l'équipe.

 

Etre soi-même

Reconnaître ses émotions, apprendre à identifier les besoins qu’elles expriment (ponts), plutôt que de chercher à tout prix à les contrôler (murs) : un travail qui revient fréquemment au cours de séances de coaching.

Et pour cause : l’accumulation des schémas de notre éducation, de l’enseignement et de la vie professionnelle a bien souvent renforcé en nous des processus mentaux particulièrement cloisonnés. Avec une illusion : performance = contrôle.

De tels schémas nous conduisent à cloisonner la tête (mental), le cœur (sentiments) et le corps (besoins, action).

 

Considérons un domaine où la performance est justement un objectif central : le sport.

Tous les champions qui dominent leur discipline durablement possèdent un haut degré de fluidité entre la tête, le cœur et le corps, soit de manière innée, soit en l’intégrant à leur plan de développement et à leur préparation.

A noter ici l’importance du mot « durablement », par la faculté du champion à faire durer ses performances de haut niveau, à choisir ses combats, à rester lui-même tout en s’adaptant à la concurrence, à prendre soin de son outil de travail.

 

Voilà encore un pont que nous pourrions construire plus souvent : celui reliant l'univers du sport à celui de l'entreprise.

 

Innover

Sur ce terrain, nous constatons des postures radicales, produisant des effets radicaux.

D'un côté ceux qui savent, ceux qui cherchent, ceux en charge de l'innovation ; de l'autre ceux dont le métier ou simplement l'état d'esprit pourrait être mobilisé pour l'innovation.

Le summum de l’espace clos contre-productif : l’utilisation dévoyée de son sens initial du NIH (Not Invented Here).

« Ce n’est pas ici, pas maintenant, et pas avec vous que se fait l’innovation. Restez donc à votre place ! »

Variante plus sournoise mais tout aussi bloquante : « pas la peine de réinventer la roue … »

 

A l’inverse, considérons quelques innovations remarquables dans des domaines très différents, et les facteurs clés de leur réussite :

  • Le Post-it : conjonction des hasards d’une expérience et de la vie privée
  • Le Renault Scénic : associer ingénierie et vision d’enfants
  • Le Cirque du Soleil : réinventons la roue !
  • L'iPod : observer + concevoir sans compromis + vendre aux technophiles et au grand public

 

Aucune de ces innovations n’aurait vu le jour si chacun était resté à sa place, s’il n’y avait pas eu quelques téméraires pour construire des ponts reliant savoirs et expérimentations, organisation et hasard, marketing et R&D, production et ventes, processus et hommes.

Co-création, co-développement, innovation ouverte ... des concepts qui deviennent réalité dès lors qu'ils commencent au sein même de l'entreprise. 

 

Et vous, quels ponts allez-vous construire ?

Vous voilà convaincu de l'intérêt de construire davantage de ponts, mais ne savez pas trop comment commencer ?

 

Nous touchons du doigt ici l'une des définitions du coaching : vous accompagner dans la construction de vos ponts, vous proposer l’architecture adaptée, vous permettre de poser les premières piles, puis les suivantes, et d'emprunter ces nouveaux ponts avec assurance.

 

N'hésitez pas à nous contacter pour que nous étudions ensemble vos projets de construction.

 

 

Et pour en savoir plus sur nos domaines d'intervention :

Pour vous

Pour votre Equipe

Pour votre Business

 

Bonne constuction,

 

Olivier Hausheer
Dirigeant et Coach

 

 

Partagez sur :